Téléphone : +41 22 757 67 57Telephone : +41 22 757 67 57Telefon : +41 22 757 67 57 frontdesk@destination-montagne.ch
  • Français
  • English
  • Deutsch

La montée à la Routia

Lorsqu’on remonte le Valais, que ce soit en automobile ou en train, on remarquera certainement la grande paroi un peu torturée se trouvant sous le Haut de Cry. Cette paroi, descend en direction du fond de la vallée et se termine dans les alentours d’Ardon.

Au premier regard, on a peine à croire qu’un sentier franchit cette paroi, d’autant plus que l’angle de vision cache une partie des passages. En réalité et en regardant mieux, on se rend compte que la paroi peut être franchie. Un regard sur la carte topographique confirme ce fait.

En cherchant sur Internet, on constate qu’il y a passablement de discussion quand à la difficulté du passage. Cela provient probablement du fait qu’il y a souvent confusion entre difficulté et exposition. Si on considère la difficulté, en faisant abstraction du vide, on peut constater que l’usage des mains n’est nécessaire que pour l’équilibre, sauf un court passage. Cela correspondrait donc bel et bien à un T3, avec un passage de T4 (équipé d’un câble).

Pour atteindre le départ du sentier, il faut d’abord monter à Némiaz et traverser ce hameau. A la sortie du hameau, le sentier, bien marqué au sol, monte raide à travers la forêt pour atteindre une ravine où il ne doit pas faire bon rester en cas d’orage. Après cet endroit, les passages deviennent beaucoup rocheux et on traverse en direction d’un petit collet derrière une tête rocheuse bien marquée et visible. C’est après ce collet que l’on atteint le passage clé après être descendu sur une vire : une cheminée équipée d’un câble. Il faut bien suivre le câble, car il a été fixé là où le passage est le plus facile. Après une traversée, on atteint une autre tête rocheuse qui marque la fin des difficultés.

Au-delà, le sentier traverse les sous-bois en direction d’un col bien marqué et qui se trouve derrière la Routia. Là, on a la possibilité de monter aux Ancillons, mais j’avais choisi de descendre en direction d’Ardon. Avant d’arriver dans cette localité, on suit un bout du Bisse de Champys.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code