Téléphone : +41 22 757 67 57Telephone : +41 22 757 67 57Telefon : +41 22 757 67 57 frontdesk@destination-montagne.ch
  • Français
  • English
  • Deutsch

Arrivée en Gruyère

Il fallait bien une suite à la randonnée de la veille. La suite nous a mené des Paccots à Broc et non à Gruyères comme initialement prévu. En effet, nous étions un samedi et il était impossible de trouver une chambre de libre dans la petite cité médiévale. Ainsi, nous avons accompli quelques kilomètres de plus pour nous rendre à Broc. Ce choix imposé a été sans regret puisque l’établissement trouvé à Broc se trouvait juste en face de Gruyères et offrait une vue magnifique sur cette dernière.

Au départ des Paccots, l’itinéraire suit la route de Rathvi sur un bon kilomètre. Comme nous étions le matin, cela ne portait pas à conséquence. Mais je peux m’imaginer qu’en fin de journée, la circulation pourrait y être plus importante.

Juste avant que la route ne descende en direction du Ruisseau de Rathvel, l’itinéraire quitte celle-ci pour monter à travers forêt et rejoindre le chalet des Pueys. Ensuite, on continue de monter en passant par La Pudze et l’Incrota avant de rejoindre un petit col près du Villard.

La traversée sous le Moléson contraint à descendre quelque peu avant de monter vers le chalet du Gros-Plané. Encore une petite traversée et on rejoint la station intermédiaire des remontées mécaniques du Moléson : Plan Francey. Ici, le contraste est assez saisissant. Alors que l’on était relativement seul jusque-là, on se trouve soudain dans un endroit passablement fréquenté. Heureusement, la suite du chemin suit plus ou moins la crête en direction d’In Maulatrê.

Ce qui est agréable dans cette descente, c’est que la vue sur Gruyères n’est pas omniprésente et on peut apprécier à chaque trouée dans la forêt, un angle de vue différent. Ce n’est qu’à Provêta que la vue se dégage complètement sur la vieille ville.

Comme mentionné dans ma précédente publication, nous avions décidé d’effectuer ce bout du chemin panorama alpin dans le sens contraire que celui proposé. Et ici, nous nous sommes rendu compte que pour cette étape, il vaut mieux descendre sur Gruyères durant l’après-midi plutôt que de devoir monter le matin en plein soleil en direction de Plan Francey.

Arrivés à Pringy, nous avons profités du magasin pour pouvoir nous réapprovisionner en boisson : il faisait très chaud.

Une petite montée nous a alors amené dans la cité des Comtes de Gruyères. Cette cité est magnifique et vaut une visite, même si elle est habituellement trop fréquentée.

Nous ne sommes pas montés au château, mais avons suivi le chemin balisé qui descend vers la Bérauta. Dans la descente, on s’inquiète de la fréquentation sur la route de l’Intyamon qui mène au Pays d’En-Haut. Mais un passage utilisant l’aménagement anti-char permet de passer sous la route sans désagrément.

Plus bas, on atteint la Sarine que l’on traverse sur le Pont qui Branle. Même si c’était la première fois que je le traversais, je m’attendais à un vieux pont en bois et je n’ai pas été déçu. Ce pont est absolument magnifique avec son toit couvert de tavillons.

Encore une petite montée et on atteint la Chapelle des Marches, lieu de pèlerinage pour les malades, puisque deux guérisons miraculeuses sont attribuées à cette chapelle.

Après un petit effort supplémentaire, on gagne alors Broc, petite ville connue pour sa fabrique de chocolat. Cette ville est cependant traversée par la route menant au Col du Jaun. La fréquentation y est donc conséquente durant le week-end.

Itinéraire : Les Paccots – Les Pueys – Gros Plané – Plan Francey – In Maulatrê – Gruyères – Broc
Distance : 21Km
Dénivellation : 640m
Durée : 7h

One Response to “Arrivée en Gruyère

  • Aux Paccots, mes parents étaient l’un postier et l’autre cuisinière au refuge de la Dent de Lys sous la gouvernance de mon oncle Léon. Toutes notre famille était engagée au refuge. Assurer la liaison postale de la gare de chemin de fer de Châtel St-Denis, approvisionnement ravitaillement. Ma mère a débuter le ski avec mon père sur la piste qui descendait par les Rosalies. Les Paccots étaient fréquentés par les Lausannois: taxi Chevrolet 7 places aller retour Les Paccots… et tous les clients pour une fondue! J’ai des photos de cette époque d’après guerre que vous pouvez me demander par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code